2 novembre 2012

L'Empire et l'Europe

Détail du Sacre
Un des chantiers les plus importants dans la (re)construction d'un bonapartisme pour le XXIe siècle est, de manière sans doute assez paradoxale aux yeux de certains, la réhabilitation de l'option dynastique. A la fois souverainiste et pro-européen, le bonapartisme a la mission de trouver une synthèse audacieuse qui permette d'édifier une Europe puissante et protectrice tout en conservant une pleine indépendance à notre Nation.

L'option dynastique qui consiste à rétablir en France une monarchie impériale est la clé de cette voie unique et pleinement bonapartiste qui aidera la France à entrer sereinement, et souverainement, dans l'Europe du XXIe siècle.

La France a besoin de l'Europe. La France aime l'Europe. L'Empereur Napoléon Ier lui-même a été, en son temps, le promoteur d'une vision européenne audacieuse et forte destinée à construire une solidarité continentale assez résistante pour contrecarrer les influences extérieures et assurer la prospérité de chacun par la puissance de tous. Hier, il s'agissait de faire de l'Europe un bastion contre l'influence britannique ; aujourd'hui, il s'agit de faire de l'Europe un bastion contre l'influence ultra-libérale de la mondialisation déréglée.

Bonapartistes, nous ne pouvons pas être anti-européens. L'Europe doit se construire, elle se construira. Mais la voie qu'elle emprunte actuellement, s'édifiant contre la volonté des peuples et dans la seule soumission aux lois du marché mondialisé, est absolument contraire à sa vocation initiale. Rendre à l'Europe sa vocation première est la mission des vrais européens que nous sommes.

La mission de l'Europe c'est de renouveler les souverainetés des vieux peuples de notre vieux continent. Face à la Chine, face à l'Inde, face aux Etats-Unis, face au Brésil, des pays comme la France, l'Espagne, l'Italie, la Grèce, le Danemark, l'Autriche, ne peuvent pas s'imposer seuls. Séparés, isolés, les pays européens sont faibles ; rassemblés, ils dominent le monde. L'Europe doit se construire dans cet horizon d'une nouvelle grande puissance régulatrice, plus que jamais nécessaire dans un monde multipolaire déséquilibré.

Seule, la France peut continuer à se débattre et à rouler des mécaniques en agitant de vieilles souverainetés, tel est d'ailleurs le projet des paléo-souverainistes. Mais, agissant ainsi, elle finira par s'évaporer. C'est uniquement au sein d'une Europe respectant les indépendances nationales que la France peut régénérer sa souveraineté et reprendre sa place dans le monde à travers l'outil de puissance européen. Acceptant le défi de la construction européenne avec audace, la France sera demain plus souveraine qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Le fondement de cette Europe des Souverainetés est bien le respect de l'indépendance et de l'identité des Nations constituantes, une question éminemment complexe. Le rétablissement de la monarchie en France apparaît comme une des clés de la solution. Contrairement aux institutions républicaines qui remettent en jeu tous les cinq ans l'identité de la France à travers des procédures électorales ridicules où une minorité s'affirme majorité, si ce n'est peuple tout entier, la monarchie n'admet aucun monopole de quelque faction que ce soit sur la Nation.

Le Président de la République est le chef d'un parti, il est de Gauche ou de Droite.
L'Empereur est le chef d'un Etat, il n'est ni de Gauche ni de Droite, il est français.

Le Président de la République est désigné par une minorité d'électeurs.
L'Empereur est désigné par les lois constitutionnelles approuvées par une majorité effective de français.

Le Président de la République divise les français afin de mieux réunir son camp et son électorat.
L'Empereur rassemble les français, il n'est l'homme d'aucun camp, il ne dépend d'aucun électorat.

Le Président de la République est une fonction élective qui ne représente rien et pourra être facilement supprimée lors du passage à l'Europe fédérale.
L'Empereur est une dignité héréditaire qui ne peut pas être supprimée car elle est l'incarnation vivante de la Nation.

Le Président de la République défend son camp, son parti, sa réélection au détriment de la France.
L'Empereur est le gardien de la Constitution et de l'Indépendance nationale.

Divisée par les institutions républicaines, et notamment par la fonction présidentielle, la France, éclatée en plusieurs factions, est faible : elle ne pourra pas résister efficacement au péril fédéraliste.
Rassemblée autour du trône impérial, autour des valeurs incarnées par la dignité constitutionnelle du Souverain, la France, réconciliée, une et indivisible, sera un obstacle perpétuel aux menées fédéralistes de la technocratie bruxelloise.

Une France impériale c'est une France indépendante et souveraine, obstacle à l'Europe de Bruxelles et outil de l'Europe des Peuples.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire