8 mai 2013

Anniversaire du plébiscite du 8 mai 1870


Aujourd'hui, 8 mai, est un grand jour pour la mémoire bonapartiste. Il y a 143 ans, le peuple souverain accordait à l'empereur Napoléon III un triomphe complet lors d'un plébiscite où la campagne pour le "Non" avait été libre. L'année précédente, lors des élections législatives, 43% des suffrages exprimés (3 355 000) s'étaient portés sur des candidats anti-gouvernementaux. Un score honorable pour l'opposition d'un régime encore aujourd'hui décrié comme affreusement dictatorial ...

Un an après ces élections législatives, 82,70% des français apportaient leur soutien à l'Empereur, à son régime et à sa dynastie. 7 350 142 suffrages venaient renforcer le trône des Bonaparte. Le parti du "Non" rassemblait quant à lui 17,30% des voix (1 538 825). Napoléon III retrouvait son chiffre. L'adhésion à l'Empire et à l'Empereur dépassait l'adhésion au gouvernement. L'Empire était fondé une nouvelle fois, dans un triomphe populaire incontestable.

L'Histoire trébucha, malheureusement, et des événements dramatiques vinrent foudroyer l'Empire. Au milieu du désastre, des politiciens opportunistes d'une minorité parisienne s'emparèrent du pouvoir et piétinèrent un régime approuvé par l'ensemble du peuple souverain. Il est difficile de ne pas songer alors aux événements récents qui virent la classe politique opportuniste fouler aux pieds la volonté du peuple souverain, exprimé lors du référendum du 29 mai 2005, pour signer, quatre ans après, le traité de Lisbonne. L'Histoire serait-elle un éternel recommencement des mêmes injures portées à la souveraineté populaire ?

Le second événement politique duquel on peut rapprocher ce triomphal plébiscite du 8 mai 1870, c'est le référendum fondateur de la Ve République, le 28 septembre 1958. Les initiateurs sont deux frères jumeaux de l'Histoire de France, d'un côté Napoléon III et de l'autre le général de Gaulle. Les résultats aussi, le "Oui" en 1958 rassemblant 82,60% des suffrages. Mais cette fois-ci, l'Histoire ne trébucha pas, et le régime gaullien perdura. Il fait peu de doute que si la guerre de 1870 avait été évitée, il en aurait été de même pour le régime louis-napoléonien.

N'oublions pas, ayons toujours dans nos coeurs le souvenir vibrant du plébiscite du 8 mai 1870. Il nous rappelle que l'empereur Napoléon III fut un monarque bien-aimé de son peuple, un démocrate légitimé par l'appui de la souveraineté populaire. Il nous rappelle aussi que le bonapartisme a su rassembler et réconcilier par le passé tout un peuple autour de la gloire d'un trône. Pourquoi ne pourrait-il pas y parvenir de nouveau moins d'un siècle et demi après ? 

Vive le 8-Mai-1870.
Vive l'Empereur.

1 commentaire:

  1. voler un vote référendaire en donnant la parole au peuple francais du 29 mai 2005 pour que cette pression européenne federale nous a ete volé par un ex president en 2008 et son successeur actuel en 2012, c est 2 presidents qui ont sacrifies la france et son peuple pour la finance de cette mondialisation,faut il faire un coup d etat pour renverser ce qu il ne va pas?son altesse impériale napoléon 3 notre défunt empereur était plus proche du peuple français l a fait le 2 décembre 1851 il a réussi il a fait un plébiscite qui était approuve par la majorité des français,en passant par les reformes institutionnelles en 1958 par le général de gaulle fondateur de la 5 eme république ,que l on ne verra plus d hommes courageux dirent non a la dictature fédéraliste européenne a quand un retour a un régime impérial pour un retour souveraineté autorité unité nationale vive la france

    RépondreSupprimer