13 juin 2013

[Analyse] Le discours européen de Nicolas Dupont-Aignan (25 mai 2013)

Nicolas Dupont-Aignan

Il est supposé incarner le souverainisme patriotique fidèle aux valeurs humanistes de la France. Il est supposé être le plus bonapartiste des hommes politiques français. Il devrait connaître un écho extrêmement favorable dans une France massivement acquise à la nécessité d'une alternative souverainiste. Et pourtant, Nicolas Dupont-Aignan ne cesse de décevoir.

Son dernier discours en date, destiné à lancer la campagne des européennes, en est un exemple flagrant. Tissé d'outrances, de raccourcis insultants et vide de toute proposition concrète, il montre un homme tentant pathétiquement de faire du "Marine Le Pen" sans le talent de cette dernière. Sa tentative résultant en une gesticulation clownesque, si elle n'était pas d'une profonde tristesse pour l'avenir du courant souverainiste, enfermé dans l'amateurisme de cet homme.

Cette outrance est le plus lourd handicap du souverainisme en ces temps où il faut batailler autant pour empêcher la dérive frontiste de s'emparer du courant euro-alternatif que pour empêcher la catastrophe fédéraliste de déferler sur les Nations du continent.

Avec des adversaires comme Nicolas Dupont-Aignan, l'Europe bruxelloise a de beaux jours devant elle. En conséquence, nous demeurons fidèle à notre ligne d'opposition à NDA.

Ce qu'il y a de plus insupportable dans le discours de Nicolas Dupont-Aignan c'est cette outrance perpétuelle, frisant l'insulte. Son discours est très massivement outrancier. Alors qu'il accuse sans cesse ses adversaires de caricaturer le camp des patriotes, il ne se gêne pas pourtant pour en faire de même dans l'autre sens. Ainsi, aucun mot n'est trop fort, ou trop ridicule. L'Europe est une "organisation devenue totalitaire". Insulte aux vrais victimes des vrais totalitarismes passés et présents. Les partisans de l'Europe ? Des gens qui "défendent la mort de Nations, qui veulent tuer les démocraties, qui veulent nous imposer un modèle à la chinoise, la pire dictature capitaliste avec un parti autoritaire." Cette phrase est un chef d'oeuvre de bêtise. L'Union européenne serait-elle un doublon de la dictature chinoise ? Si tel était le cas, M. Dupont-Aignan serait au fond d'une prison et non à la tribune. Si tel était le cas, pourquoi aurons-nous la pleine liberté de notre vote dans un an, aux élections européennes ? Une attaque pathétique.

Reprenant le vocabulaire de la Droite la plus immonde, NDA affirme que "nous [DLR] sommes des résistants". Des résistants combattants "une nouvelle dictature qui mettrait fin à notre démocratie et à notre Nation", embrayant ensuite sur un parallèle avec le 18 juin 1940. Puis vient le coup de grâce : il appelle les dirigeants européens à fuir, à "déguerpir avant qu'on ne leur coupe la tête" ... Mais pour qui ce petit monsieur pathétique se prend-t-il ? Pour un nouveau Robespierre ?

Et cette exercice ahurissant d'outrance grossière continue, NDA faisant un parallèle entre Commission européenne et Kommandanturs nazies, en affirmant : "Les commissaires, un triste nom qui nous rappelle une triste époque". Rien que cela ?

Et rien, même la réalité, ne peut arrêter ce torrent d'idiotie. Il affirme ainsi que "M. Hollande va à Leipzig comme le dirigeant d'une filiale qui vient rendre des comptes à la maison-mère" ? Quelqu'un a-t-il dit à M. Dupont-Aignan que le rassemblement de Leipzig était un rassemblement pour l'anniversaire du vieux parti social-démocrate allemand ? Une simple commémoration. Et pour être complet, il faudra lui notifier que le SPD est dans l'opposition et non au gouvernement fédéral de l'Allemagne.

Condamnant la "dictature chinoise" de l'Union européenne totalitaire, NDA menace pourtant de traduire les dirigeants actuels de l'Europe devant la Haute Cour de Justice, pour faits politiques, piétinant ainsi les bases fondamentales d'une démocratie qu'il prétend défendre.

Un homme pathétique et ridicule, aux outrances littéralement écoeurantes. Il est difficile d'écouter ce flot de propos insultants sans avoir la nausée. Se posant en victime de caricatures outrancières, il n'hésite pas une seconde à simplifier les autres courants de pensée. Ainsi, il affirme que M. Raffarin veut se coucher devant la Chine car elle est une Nation plus peuplée ... En réalité, M. Raffarin veut une Europe plus forte justement pour construire une puissance démographique et économique assez forte pour rivaliser avec la Chine. C'est donc tout bonnement, et tout simplement, le contraire de ce qu'affirme mensongèrement NDA. Ce dernier, annonçant des propositions concrètes depuis vingt minutes, continue pourtant dans l'invective et la simplification, avec des termes peu dignes d'un orateur public, et surtout avec des outrances qui discréditent complètement sa parole. Ainsi, il affirme que M. Raffarin n'a rien de moins qu'une mentalité vichyste.

Pour lui, l'Union européenne serait donc une dictature à la chinoise et la France actuelle digne du régime de Vichy. Cet homme est un clown affligeant. A côté des géants Séguin ou Chevènement, NDA est un nain.

Son discours est parsemé d'outrances mais aussi de mensonges. Il affirme que le nouveau parti anti-européen allemand Alternativ für Deutschland reçoit un accueil formidable. Or les sondages sont clairs : AfD est crédité de 2% à 3% des voix, alors que le parti européen de Merkel culmine autour de 40% des intentions de votes, et que le SPD, très européen, suit autour de 25%.

Le discours de Nicolas Dupont-Aignan est un discours d'extrême-droite. Très clairement. Le parallèle qu'il fait avec l'URSS est le même que celui proposé par Marine Le Pen. Le constat est identique sur l'amalgame fait entre UMP et PS, au mépris de toutes les réalités de la culture et de l'idéologie politique. "Tout ce que Sarkozy avait rêvé de faire, Hollande est en train de le faire." Vieille antienne du "Tous pourris", amalgame élevant le discours au degré zéro de la réflexion politique. Le discours est frontiste.

Autre mensonge et raccourci : la commission est non élue. Certes, sa désignation n'est pas un modèle de démocratie, et nous ne sommes pas les amis de cette Commission anti-nationale. Cependant, force est de reconnaître qu'elle est validée par le Parlement, élu par les citoyens européens. Il ne s'agit donc pas, comme l'affirme pathétiquement Dupont-Aignan, d'une dictature à la chinoise.

Outrancier, l'homme manque de surcroît cruellement de charisme. Son indignation perpétuelle est fatigante, elle sature sa voix et pose son discours comme une colère stérile. "Voilà, la réalité !", répète-t-il sans cesse, ne cessant jamais d'asséner des phrases définitives. L'homme est un très mauvais orateur, sa permanente violence saturant son discours. Monomaniaque, il répète jusqu'à la nausée que l'Europe est l'incarnation du Mal sur Terre, un modèle soviétique, mais sans rien proposer de concret. On dirait un homme énervé dans un bar quelconque : il parle trop vite, scande trop ses phrases, et lâche même quelques "Bon" qui n'appartiennent en aucun cas à l'outillage des grands orateurs.

Il affirme être là pour proposer une alternative, une nouvelle vision de l'Europe et du Monde, une nouvelle réorganisation. Et pourtant, au bout de 46 minutes de discours (une éternité avec un mauvais orateur !), toujours pas une proposition. Annonçant des propositions, il retombe immédiatement dans l'outrance et l'invective. "Les traîtres qui nous gouvernent." La parole est indigne d'un homme public.

Il affirme ensuite que le Canada ne s'en sort bien que par une politique protectionniste, alors même que le Canada est moins peuplé que nous. Oui, mais c'est "un peu" plus grand ... Le Canada a de surcroît de nombreux accords libre-échangistes avec les Etats-Unis.

Le discours tourne en boucle. C'est ennuyeux à mourir. 52 minutes : toujours aucune proposition mais toujours les mêmes couplets caricaturaux. Puis, enfin, la délivrance, viennent quatre minutes de propositions extrêmement vagues (sur une heure de discours) :

- nouveau périmètre géographique, mettre fin à l'élargissement sans fin, question de la Turquie ;
- nouvelle répartition des compétences pour de nouveaux projets et de nouvelles institutions, rapatrier 80% à 90% des compétences, dont la monnaie.

Grande faiblesse des propositions, qui n'ont aucune originalité, ni aucune réalité. Son discours appelle à la destruction sans rien vouloir construire de concret à la place (ex : l'euro).

Sa mesure phare consiste à lancer des projets européens dans une vingtaine de domaines sur le modèle d'Ariane ou Airbus. Coopérations menées par trois ou quatre pays. Trois ou quatre pays ? Quelle Europe ! Plus petite que la CECA de 1951.

Sur la question des institutions, il propose un Parlement demeurant à Strasbourg mais composé de délégués des parlements. Ce parlement indirect sera donc moins représentatif que l'actuel ! L'alternative européenne de NDA est encore moins démocratique que l'actuelle Europe.

Le discours se finit avec la reprise des outrances, des caricatures et des invectives sans cesse répétées depuis le début du discours, pendant près d'une heure. Les propositions sont extrêmement décevantes, et le reste du discours est une honte. Concurrencé par la charismatique Marine Le Pen, NDA tente de l'imiter, mais le talent de l'homme est bien moindre.

Souverainisme d'amateur, outrance brouillonne et discours indigne. Comme nous l'avions dit lors de la dernière élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan va dans le mur, y emmenant avec lui le souverainisme patriotique respectable.

Rendez-vous aux européennes de 2014 pour voir si l'outrance paie. Si les résultats continuent à stagner, si le triomphe n'est pas au rendez-vous, il sera alors temps de revoir la stratégie des patriotes humanistes que nous sommes. Temps enfin de tourner la triste page du quart d'heure "Nicolas Dupont-Aignan". Dans le dernier baromètre TNS Soffres - Le Figaro, seulement 9% des sondés souhaitaient voir NDA jouer un rôle plus important dans les années à venir. Une côte d'avenir au plus bas que des discours comme celui-ci ne risquent pas de faire remonter.

3 commentaires:

  1. bonjour,
    qui suivre ? nous avons plus de politique fort pour nos idées!?
    soyons présent.
    vive l'empereur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux ne suivre personne et attendre, en construisant patiemment la rénovation du bonapartisme, plutôt que de donner sa voix à un candidat qui ridiculise nos idées.

      Supprimer
  2. Bonjour,

    Militant à Debout la République, je découvre avec tristesse votre article que je trouve d'une violence excessive à l'égard de Nicolas Dupont-Aignan.

    Le discours que vous commentez est visible sur internet, et j'invite tous les internautes intrigués par votre article à se faire leur propre idée et en visionnant eux-même ce discours:

    http://www.debout-la-republique.fr/video/lancement-europeennes-dlr-discours-de-nicolas-dupont-aignan

    Je vous avoue tout de suite ne pas avoir eu le temps de le regarder en entier.

    La première chose que je tiens à vous dire, c'est que j'en ai assez de voir les militants de groupuscules pourtant proches idéologiquement de Nicolas Dupont-Aignan le descendre dès qu'ils en ont l'occasion.

    Comme par exemple en prétendant qu'il serait un mauvais orateur, ce qui est totalement faux. Nicolas Dupont-Aignan est au contraire en général plutôt bon, même si je suis tout à fait d'accord pour reconnaître qu'il n'a pas le talent de Jean-Luc Mélenchon ou de Philippe de Villiers par exemple. Mais enfin, s'il fallait faire un classement des orateurs des hommes politiques, Nicolas Dupont-Aignan sortirait très largement dans le premier tiers!

    Pour le reste, je trouve que vous (je ne sais pas qui a écrit ce texte) tombez dans la même caricature à laquelle cède parfois Nicolas Dupont-Aignan. Oui, certaines des expressions employées sont excessives, caricaturales mêmes. Faut-il pour autant lui lancer des anathèmes ridicules en expliquant qu'il tiendrait un discours d'extrême droite? A mon sens non.

    Qu'on le veuille ou non, les militants politiques réclament des paroles fortes et aggressives vis-à-vis de nos adversaires politiques. Et pas seulement les miltiants d'ailleurs, l'immense majorité des électeurs. Vous avez ainsi pris l'exemple du "clash" entre NDA et JM Apathie et M Denisot sur Canal plus. Moi aussi, je suis le premier à trouver cette affaire totalement navrante, autant pour Apathie et Denizot, qui ont eu une posture très aggressive à l'égard du petit candidat NDA, que pour Nicolas Dupont-Aignan, qui a clairement perdu ses nerfs. D'un autre côté, on a le droit de s'énerver aussi en face d'interlocuteurs clairement malveillants.

    Eh bien, qu'on le déplore ou qu'on l'approuve, mais le fait est que cet épisode a eu un impact extrêmement positif sur la notoriété de Nicolas Dupont-Aignan : sur twitter, les sites de partage de vidéos, dans les courriers adressés à DLR, c'est indéniable. Même s'il ne faut pas surestimer cet impact, il existe et il est, contrairement à ce que vous semblez dire, positif.

    A titre personnel, je trouve cela un peu dommage, mais c'est ainsi. D'un autre côté, c'est normal, puisque la politique, c'est comme la vie et c'est parfois dur, grossier.

    Pour le reste, je ne vais pas reprendre la totalité des phrases que vous citez et que vous critiquez vertement.

    Permettez-moi cependant de vous dire qu'il me paraît totalement outrancier, pour reprendre votre mot, de qualifier le discours de NDA d'extrême droite parce qu'il fait le même parallèle que Marine Le Pen entre l'URSS et l'UE (que moi aussi je trouve inepte, mais qui est très loin de n'être utilisé que par l'extrême droite) ou parce qu'il constate que la politique européenne de François Hollande est dans la droite ligne de celle de Nicolas Sarkozy.

    Bien à vous,

    RépondreSupprimer