22 juillet 2013

Commémoration de la mort de l'empereur Napoléon II

Napoléon II

On connaît tous les règnes de nos empereurs Napoléon le Grand et Napoléon III, mais on oublie trop souvent qu'un troisième empereur a régné, le deuxième chronologiquement, Napoléon II, célèbre internationalement sous son titre de "roi de Rome" ou plus encore par son surnom "l'Aiglon". Il régna, selon les lois de l'Empire et la Constitution, du 22 juin au 7 juillet 1815.

Au lendemain de la défaite de Waterloo, les sénateurs ayant voté la chute de l'empereur, une commission de gouvernement, présidé par Fouché, décide de proclamer à la dignité impériale le fils de ce grand colosse abattu par l'Histoire. Cependant, l'avancée des coalisés est irréversible et ils ramènent le roi Louis XVIII dans leurs fourgons. La commission Napoléon II se dissout et le nouvel empereur proclamé achève ce règne théorique de deux semaines qu'il aura "mené" depuis son exil autrichien.

Il est ainsi connu également, et tristement, sous son titre autrichien de duc de Reichstadt. Un titre offert à son petit-fils par l'empereur François Ier d'Autriche, l'ancien empereur du Saint-Empire vaincu à Marengo (1800) puis à Austerlitz (1805) et Wagram (1809) par Napoléon Ier, devenu son gendre en avril 1810, par son mariage avec l'archiduchesse Marie-Louise.

Fils du plus grand personnage que l'Histoire humaine ait jamais enfanté, Napoléon II connaît un destin tragique. Porteur d'espoirs patriotiques encore vifs, notamment parmi les couches populaires de la société française, son nom est partout présent durant les journées populaires de Juillet 1830. Mais la révolution est confisquée par la bourgeoisie, groupée derrière Thiers, au profit du duc d'Orléans, futur roi Louis-Philippe. Le nom de Napoléon II reviendra, comme un porteur d'espérances nombreuses, au fil des insurrections émaillant les premières années de la monarchie de Juillet.

L'héritier de la couronne impériale disparaît tragiquement le 22 juillet 1832, à l'âge de 21 ans. Dans le peuple, certains, incrédules, continueront à réclamer son retour à la tête du pays pendant plusieurs années. Au final, c'est son cousin germain qui parvient à relever la cause impériale, le prince Louis-Napoléon Bonaparte, élu triomphalement à la présidence de la République le 10 décembre 1848, suite à la révolution qui aura renversé ce roi qui avait confisqué la révolution bonapartiste du peuple en 1830.

En accédant à la dignité impériale, le 2 décembre 1852, le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte se souviendra du souvenir de son cousin, de son image au sein du peuple et de son règne légal en 1815. Nouvel empereur des français, il le deviendra sous le nom de Napoléon III, succédant ainsi à l'Aiglon foudroyé par les manigances diplomatiques comme par la vie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire