4 juillet 2013

NDA et Napoléon : la démagogie ne passera pas

Nicolas Dupont-Aignan

La démagogie est une pratique courante dans la caste politique décadente qui nous dirige aujourd'hui. Elle consiste non pas à dire ce qu'on pense vraiment mais à dire ce que nos électeurs veulent entendre, quand bien même on penserait quelque chose de tout à fait différent.

Ce vice politicien pose un problème : où est la part d'honnêteté des prises de paroles publiques ? Où est la sincérité de nos hommes politiques ? Quels propos reflètent réellement leurs sentiments ?

Au sujet de Nicolas Dupont-Aignan et de l'empereur Napoléon le Grand, deux sujets qui passionnent bien souvent les bonapartistes, la question de la démagogie se pose de manière très problématique. Car NDA a tenu en septembre 2011 des propos peu amènes sur l'héritage du grand homme d'Etat que fut Napoléon Bonaparte. A la question, posée par son interlocuteur, "citez trois grands hommes français", le président de DLR finit par évoquer l'empereur en des termes peu courtois pour sa mémoire :

"Napoléon, non ! Voyez, c'est drôle, alors pourtant qu'il a eu une oeuvre extraordinaire aussi. Mais avec des défauts énormes. Des excès.
- Les gaullistes aiment bien Napoléon en général.
- Oui, mais pas moi. Pas moi.  Je suis très hésitant sur Napoléon. Parce que je pense que l'homme d'Etat, il doit être sage. Ce n'est pas un jeu. Voyez ce que je veux dire. Et Napoléon a trop joué la France sur le tapis de l'Histoire. Alors qu'il aurait pu être un grand, très grand. Il n'a pas su s'arrêter. Donc ça c'est quand même criminel."

Ces propos sont peu connus, en tout cas dans leur exactitude. Ils reflètent une certaine vérité. En effet, Nicolas Dupont-Aignan a pensé ses propos avant de les dire, et il les a donc pensé toute sa vie durant. Jusqu'au moment où il a compris que critiquer Napoléon le coupait d'une partie non négligeable de son électorat. Et plus l'électorat est petit, plus on a peur d'en perdre des morceaux. Naturellement, dans ce cas, on range soigneusement sa sincérité pour laisser libre court à une pleine démagogie.

N'oublions pas ces propos car ils ont été mûris durant toute une vie et pensés avec force sincérité, avant d'être corrigés par un virage démagogique dicté par des calculs électoraux. Dupont-Aignan n'est pas bonapartiste. Il n'aime pas Napoléon. Et quelques soient ses efforts pour corriger ce désamour, il ne faut pas se laisser illusionner. Pourquoi serions-nous impitoyables avec les retournements de vestes des autres camps et si laxistes avec ceux du nôtre ?

Alors qu'il arrive souvent, y compris chez les souverainistes, d'aller chercher des propos tenus il y a dix ou vingt ans pour blâmer la démagogie de nos dirigeants, pourquoi devrions-nous passer si facilement l'éponge sur des propos tenus il y a moins de deux ans ?

N'oublions pas. Demeurons vigilants et exigeants.

2 commentaires:

  1. quel scoop que vous avancez là. France Bonapartiste, dès la publication de cette interview, fut le premier à dénoncer ces propos et à faire savoir à M. Dupont Aignan l'arrêt de la collaboration des deux mouvements. depuis il est passé de l'eau sous les ponts et des explications ont eu lieu les yeux dans les yeux, en toute franchise. alors oui effectivement NDA n'approuve pas toute la politique de Napoléon 1er (tout comme beaucoup de napoléoniens, sur des sujets comme la campagne de Russie, sur la Pologne, etc...)mais son approche vers les bonapartistes est sincères.

    je n'arrive pas à comprendre cet acharnement systématique à vouloir casser l'alliance bonapartistes/DLR mais il doit y avoir une explication autre que cette paranoïa qui semble vous toucher.

    Jean Paul Lenglé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne comprenez pas qu'on puisse avoir une opinion différente de la vôtre et cela en dit long sur vous.

      Supprimer