7 décembre 2013

Le marinisme n'est pas un bonapartisme

Marine Le Pen

Dans un article publié jeudi dernier sur le site participatif Agora Vox, Julien Rochedy, président des "Jeunes avec Marine" et porte-parole relativement médiatique du "Front National de la Jeunesse", affirme, sans hésitation : le marinisme est un bonapartisme.

L'argumentation est intelligente et sans outrance. Elle pourrait facilement convaincre et il est même difficile de ne pas être en accord avec ce que dit ce jeune frontiste talentueux. Mais il suffit d'y réfléchir un peu et d'aller au-delà des formulations audacieuses de l'auteur pour établir qu'il fait erreur.

Pour nous, il y autant de parenté entre le bonapartisme authentique et le marinisme actuel qu'entre un homme et ses arrières-arrières-arrières-arrières-arrières-petits-enfants. S'il y a indubitablement quelques gouttes de sang bonapartiste dans le Front National, ce n'est pas un parti bonapartiste. Il ne s'agit que d'un avatar lointain et bâtard d'un noble idéal. Le marinisme est un bonapartisme dégénéré.

Le bonapartisme est fondé sur l'amour du peuple français : de cet attachement découle notre volonté de défendre la souveraineté et l'indépendance de la France, des institutions (authentiquement) démocratiques et l'unité nationale.

Le Front National n'aime pas le peuple français dans son intégralité. Sans cesse, à longueur de discours, il souffle sur les braises de cette division mortelle qui ruine aujourd'hui notre Nation. Plutôt que d'oeuvrer à la réconciliation des français, Marine Le Pen les dresse les uns contre les autres : elle exacerbe la haine implacable entre partisans de Gauche et partisans de Droite, elle incite ses militants à haïr leurs propres concitoyens communistes, socialistes, libéraux ou conservateurs. Plutôt que de respecter la pluralité des opinions de notre grand peuple, elle fait par exemple des partisans du projet européen (après tout, n'ont-ils pas le droit de faire erreur ?), des militants du PS ou de l'UMP des traîtres à la Patrie.

Le discours du Front  National alimente cette dimension hystérique insupportable qui domine notre débat politique et il ne comprend pas le vrai drame de notre siècle : oui, le problème, ce sont les étrangers. Mais pas les étrangers d'origine étrangère. Le problème français est la transformation de notre peuple en étrangers d'origine française. Un militant du PS et un militant de l'UMP sont désormais aussi étrangers entre eux qu'un russe et un brésilien. Un électeur du FN et un électeur du Front de Gauche se vouent une haine indissoluble, oubliant qu'ils appartiennent à une Nation une et indivisible. Les haines exacerbées durant le débat sur le mariage gay en furent la preuve la plus horrifiante.

Si les problèmes d'intégration des français d'origine étrangère est un drame, la désintégration des citoyens français, transformés en étrangers d'origine française, est un autre drame, tout aussi important, si ce n'est davantage encore.

Les français aiment toujours la France mais ils n'aiment plus les français. C'est à la réconciliation que nous devons travailler prioritairement. Marine Le Pen n'y oeuvre pas, au contraire. Elle instrumentalise les divisions mortelles qui traversent notre peuple.

Mais le bonapartisme, c'est aussi, et avec l'héritage de Napoléon III notamment, une pensée réellement progressiste, et audacieusement progressiste. C'est aussi une pensée sincère. Sur la question de la laïcité, le progressisme du Front National n'est qu'un mensonge éhonté. Marine Le Pen affirme vouloir organiser le culte musulman et fonder un Islam français mais elle ne fait à cette fin aucune proposition et aucun effort d'intégration de la communauté musulmane dans une Nation française élargie. Quant à ces militants, ils professent tous une islamophobie totale, en grande partie nourrie par les discours de leur présidente ou, pire, de leur président d'honneur.

Face à cela, où sont les indignations de Marine Le Pen face aux processions catholiques ? Où sont les indignations de Marine Le Pen contre les prières de rue de Civitas ? Pourquoi n'a-t-elle pas publiquement réclamé avec audace l'interdiction de ce groupuscule haineux qui viole sans cesse ces principes de laïcité qui lui semblent si chers ?

La laïcité frontiste n'est que le masque de l'islamophobie la plus primaire.

Enfin, on invoque toujours l'amour de Marine Le Pen pour le référendum comme le grand argument de son âme bonapartiste. Fumisterie. Regardons la Suisse, peut-on qualifier ce noble pays de bonapartiste ? En aucun cas. Il s'agit d'un pays souverainiste et conservateur, aucunement d'une Nation bonapartiste. Napoléon Ier et Napoléon III n'avaient recours aux référendums que pour de grandes questions, d'ordre constitutionnel principalement. L'Appel au Peuple ce n'est pas seulement le référendum, qui doit bien entendu demeuré restreint à quelques grandes questions. L'Appel au Peuple doit être une source d'inspiration et le réduire à une République référendaire c'est manquer cruellement d'imagination.

L'Appel au Peuple c'est ainsi par exemple la validation plébiscitaire du chef de gouvernement, comme nous le proposons. Pourquoi déléguer à l'Assemblée un pouvoir si important ? Le vote de confiance d'un nouveau gouvernement devrait émaner du peuple souverain lui-même, et non de ses "représentants".

L'Appel au Peuple c'est une Assemblée réellement représentative (et donc proportionnelle) et surtout des partis qui restent à leur place, c'est-à-dire incarner une fraction minoritaire de la Nation, une fraction qui a la parole mais non le monopole du pouvoir ni des solutions miraculeuses dictées par Dieu. Là aussi, le Front National est en rupture avec l'idéal bonapartiste.

Le Front National est un parti comme un autre. Il est animé d'un esprit partisan de rejet de tous les autres courants de pensée, souvent accusés des pires maux et grassement insultés. Le moteur du Front National c'est la haine de tout ce qui n'est pas lui. Le bonapartisme ne construit pas son rassemblement sur la haine des autres courants mais sur leur intégration à un projet transcendant. Le bonapartisme doit rassembler des gens aux opinions différentes afin de manifester l'unanimité patriotique dans l'exigence de redressement national.

Le but du bonapartisme n'est pas de devenir un parti plus puissant que les autres. Il ne vise pas plus l'abolition des autres partis. Notre objectif : le dépassement des partis. Le bonapartisme doit être un mouvement transpartisan qui rassemble des français naturellement différents et politiquement adversaires autour du grand projet de rénovation de nos institutions démocratiques, de régénération de notre souveraineté et de réconciliation de notre peuple fragmenté.

Mandela nous a quitté il y a peu et nous invoquerons sa figure pour rappeler que l'authentique noblesse de la politique ce n'est pas le rassemblement d'amis pour lutter contre un groupe ennemi (comme le font aujourd'hui tous les vieux partis : Front de Gauche, PS, UMP, FN). La politique la plus noble, et la seule vraie politique, c'est la réconciliation de personnes "ennemies" au service d'un idéal plus grand que leurs divisions, celui de la Nation démocratique.

Le Front National est un parti électoraliste comme les autres, il cherche le rassemblement de partisans et non la réconciliation des citoyens. Pour régner, il divise, et rêve de devenir un grand parti de gouvernement, alors même que le gouvernement d'un seul parti c'est la ruine des démocraties.

Ainsi, si le bonapartisme réussit et accomplit sa mission, il lui appartiendra alors de choisir son avenir ordinaire, celui-ci étant sans doute la scission de ses différentes tendances en partis réguliers proches mais sainement rivaux.

Le bonapartisme a toujours émergé dans notre Histoire pour lutter contre la ruine de nos institutions et l'éclatement de notre Nation : il en était ainsi en 1799 comme en 1851, mais aussi en 1958.

Ainsi, pour conclure, non, le marinisme n'est pas un bonapartisme. Quelques éléments en sont proches, peut-être, mais globalement le marinisme poursuit des buts clairement anti-bonapartistes.

Les bonapartistes sont des maniaques de l'unité nationale là où les frontistes cherchent le combat et aliment haines et divisions. Ils construisent leur triomphe futur sur les ruines de la concorde citoyenne qui fonde l'unité de la Nation.

1 commentaire:

  1. J'aime votre esprit , vos idées mais la famille impérial ne vaut pas mieux que la royale où cette aristocratie pseudo républicaine.

    Une merde de citoyen français oui oui c'est cela que je suis !

    RépondreSupprimer