8 juin 2014

La Reine et le Président : le face-à-face qui rend monarchiste

Sa Majesté la Reine et le Président de la République
(c) AFP Photo / Eric Feferberg

Du mercredi 5 jusqu'au samedi 7 juin,  à l'occasion du soixante-dixième anniversaire du débarquement en Normandie, la reine d'Angleterre était en visite d'Etat en France. Un événement historique : il est probable que ce soit là l'ultime visite d'Etat dans notre pays de la souveraine anglaise aujourd'hui âgée de 88 ans.

Durant ces trois jours, l'exceptionnelle popularité de Sa Majesté auprès des citoyens français ne s'est pas démentie et la comparaison avec le président François Hollande est un exercice cruel pour les institutions républicaines.

Il faut d'abord souligner la dimension de respect quasi sacral qui entoure la personnalité de la Reine. Quel bonheur de voir un convoi présidentiel descendre les Champs-Elysées sans un seul sifflet. Les français n'ont pas retrouvé miraculeusement un peu d'amour pour leur Président, si vertement hué à chacun de ses sorties. Ce silence ne lui était pas destiné. Face à la reine d'Angleterre, les français se taisent, applaudissent et certains crient même "vive la Reine".

Que ce soit aux Champs-Elysées, à Ouistreham ou au marché aux fleurs de l'île de la Cité, le public français était au rendez-vous, ardemment désireux d'apercevoir le légendaire chapeau d'une femme non moins légendaire. Le pays supposément le plus républicain d'Europe a ainsi fait un accueil incomparable à la souveraine de la plus traditionnelle monarchie du continent.

Voici démontrée un des principales plus-value de l'institution monarchique par rapport à l'institution républicaine : le chef de l'Etat, inscrit dans la durée et résolument au-dessus de toute division politicienne et partisane, est l'incarnation réelle et vivante de sa Nation. Quand la reine d'Angleterre se rend en France, c'est tout le peuple du Royaume-Uni qui peut être fier de voir son monarque si vivement acclamé par un peuple étranger. Imagine-t-on François Hollande ou Nicolas Sarkozy recevoir un accueil aussi fort ? Aucunement. Et quand bien même cela serait le cas, un tel accueil ne réjouirait que le parti du Président, le camp adverse se préférant consterné.

Là où on acclame la Reine, c'est l'Angleterre toute entière qu'on fête. C'est la Nation britannique toute entière qui triomphe.

Le rapprochement de trois événements récents montrent avec force à quel point l'institution dynastique donne plus de visibilité, plus de poids et plus de réalité vivante à une Nation : que ce soit lors des Jeux Olympiques de 2012, lors de son Jubilée de Diamant, la même année, ou lors de cette visite d'Etat en France, Elizabeth II fut unanimement saluée, la culture britannique fêtée et le Royaume-Uni acclamé. Lors de ces événements apolitiques où toute une Nation doit être mobilisée, la Reine rassemble son Peuple avec une efficacité incomparable.

Là où, pendant ce temps, en France, des sifflets fusent lors des cérémonies les plus importantes et les plus solennelles, et où les publics de ces festivités "nationales" sont avant tout composés de militants et non de simples citoyens ... La conclusion est sans appel : la monarchie, si merveilleusement incarnée par la reine Elizabeth II, cette institution est mille fois plus nationale et, de manière surprenante, plus citoyenne qu'une République fille de divisions politiciennes et de foules partisanes.

Quelle ne serait pas notre fierté si, demain, arrivant à une célébration internationale à l'étranger ou, plus simplement, accomplissant une visite d'Etat dans un pays proche, nous puissions voir en boucle sur nos télévisions les images d'un chef d'Etat français acclamé et fêté par tout un peuple étranger. Car à travers lui, ce serait la France toute entière qu'on applaudirait.

Pour nous autres, patriotes attachés à la Nation, nous devons le reconnaître : la Monarchie rend les Nations plus aimables, plus vivantes et plus populaires. Elle rend aussi les peuples plus calmes. On en a vu la preuve dans l'absence de sifflets lors de la visite d'Etat d'Elizabeth II malgré la présence du très impopulaire président Hollande. Mais on le voit avec encore plus de force en Angleterre.

La veille de sa venue en France, la Reine ouvrait solennellement la session du Parlement de Westminster, prononçant à l'occasion le rituel "discours du Trône", en réalité discours de politique générale du gouvernement en fonction. Et que de différences avec notre République ! C'est avec fascination qu'on regarde David Cameron et Ed Miliband se tenir côte-à-côte durant toute cette allocution : imaginerions-nous ainsi une telle image en France avec Manuel Valls et Jean-François Copé ? Mais c'est avec encore plus d'envie qu'on écoute Sa Majesté la Reine présenter le programme gouvernemental de l'année à venir dans le silence le plus respectueux qu'on puisse imaginer, alors qu'en France notre Assemblée républicaine bruisse d'insupportables insultes et autres gamineries futiles tout le long du discours de politique générale du Premier ministre ...

Une Nation plus respectée, une Nation plus apaisée, en un mot une Nation davantage rassemblée, telle est l'oeuvre principale et effective d'une monarchie quand celle-ci est pilotée par un monarque aussi compétent et populaire que la reine Elizabeth II. Alors qu'on la dépeint comme une institution lointaine et aristocratique, la monarchie jouit d'une popularité sans égale : en 2012, la Reine enregistrait un taux de satisfaction de 90% ! Un score à faire pâlir tous nos élus républicains.

Apaisée à l'intérieur et acclamée à l'extérieur, la Nation couronnée à travers son monarque se retrouve plus forte que jamais.

Un ultime argument, toujours fondé sur l'exemplarité de Sa Majesté la reine d'Angleterre. Tandis que toutes les interventions africaines du Président de la République (peu importe son identité exacte) provoquent des remous, Elizabeth II est respectée et admirée à travers tous les territoires de l'ancien empire britannique. Ce discours prononcé en 1964 à Québec nous montre avec force la dimension humaine et historique de cette institution qui permet aux vieilles Nations d'Europe de conserver une voix prépondérante auprès de Nations nouvelles avec lesquelles elles entretiennent des rapports privilégiés de par la culture et l'Histoire. Un héritage que notre République a incontestablement gâché, en Afrique comme en Asie.

Les français adorent acclamer la reine d'Angleterre, alors que celle-ci est la meilleure incarnation de l'institution monarchique : ultime preuve, s'il en fallait une, que l'avenir de l'idéal dynastique en France n'est pas si sombre que les bien-pensants républicains le laissent si souvent entendre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire