3 juin 2014

La sidérante réforme territoriale de M. Hollande


Actuelles régions françaises

Depuis plusieurs mois, la France va de surprise en surprise quant à l'incapacité de François Hollande à gouverner. Certes, présider la France est une tâche difficile, en effet, surtout en ces temps périlleux. Et réformer la France, une épreuve assurément titanesque. Toute réforme, même la meilleure, ayant son lot obligé de mécontents.

Mais force est de constater que face aux propositions avancées par le gouvernement, le citoyen ne peut qu'être sidéré par tant d'amateurisme et si peu de souffle. On pourrait presque se féliciter si les couacs étaient réservés à la communication ministérielle mais ce n'est malheureusement pas le cas.

Car cette réforme territoriale, sidérante, aberrante, est un couac colossal. Arbitrée par la volonté royale d'un président plus que jamais discrédité, contestée par toutes les forces politiques de notre pays, y compris au sein de la majorité (de manière claire pour le PRG ou feutrée pour le PS), rejetée par un nombre considérable d'élus locaux, attaquée férocement par l'opposition, cette réforme territoriale est, à peine née, un échec pathétique, manifestation de l'impuissance politique et de l'incompétence du président de la République.


 Les critiques contre cette réforme sidérante sont nombreuses, et nous serons synthétique.

- Tandis que certaines régions ne bougent pas d'un pouce (Bretagne, Nord-Pas-de-Calais, PACA, Aquitaine, Pays de la Loire), certaines nouvelles entités semblent être des monstres territoriaux, notamment la fusion Centre -  Poitou-Charentes - Limousin qui crée au coeur du pays un amas immense et incohérent (quels points communs entre Orléans et La Rochelle ?), renvoyant les régions en statu quo à des proportions naines.

- Ce redécoupage régional est exécuté a minima, ne faisant que fusionner les régions existantes, alors qu'une réforme intelligente et pertinente exécutée en finesse aurait pu démanteler certaines régions et redistribuer quelques départements stratégiques.

- Le croisement des deux erreurs précédemment mises en avant mènent à des entités aux problématiques internes indissolubles, notamment sur la question des capitales :
* L'Alsace-Lorraine : Metz ou Strasbourg ?
* Centre-Limousin-Poitou-Charentes : Orléans ou Poitiers ? Ou une autre ville, plus centrale ?
* Midi-Pyréenées-Languedoc-Roussillon : Toulouse ou Montpellier ? (duel mortel)

- Cette réforme laisse l'arc atlantique fragmentée entre plusieurs régions, et les Charentes-Maritimes semblent une aberration totale, coincées entre Aquitaine et Pays de la Loire mais rattachées à une région monstrueuse allant jusqu'à l'Île-de-France.

- De même pour l'arc Méditerranée qui ne reçoit aucune forme de cohérence territoriale.

Pour répondre efficacement et concrètement à ces propositions ubuesques, nous vous invitions à (re)prendre connaissance de nos propres propositions concernant cet important enjeu des prochaines années en France (les propositions de Renouveau Bonapartiste).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire