9 janvier 2015

Commémoration de la mort de l'empereur Napoléon III

Buste de Napoléon III par Carpeaux

Comme chaque neuvième jour de l'année, nous voici réunis aujourd'hui autour de la mémoire du dernier souverain de notre Histoire, Sa Majesté l'Empereur Napoléon III. Le rideau tombait sur la vie exceptionnelle de ce non-moins-exceptionnel personnage au matin du 9 janvier 1873, il y a maintenant cent quarante deux ans.

Si sa réhabilitation est en marche depuis quelques décennies, cet homme qui fut un de nos plus grands chefs d'Etat demeure méconnu pour la plupart de nos contemporains. Et pourtant la France lui doit tant. Pour s'en souvenir, je vous invite à lire ou relire l'hommage à sa mémoire que j'avais voulu lui rendre à l'occasion du cent-quarantième anniversaire de sa disparition.

Bien que notre pays lui doive tant, sa dépouille mortelle demeure en terre étrangère, ainsi que celle de son fils, le Prince impérial, et celle de sa femme, l'Impératrice Eugénie. Ils reposent aujourd'hui à l'abbaye Saint-Michel de Farnborough, en Angleterre. Le retour des cendres de notre dernier empereur et de sa famille est une cause qui tient à coeur aux bonapartistes, une question à laquelle nous avons déjà consacré une analyse et une fiction.

Ce jour doit être un jour de commémoration et de prières pour le repos d'un défunt mais aussi être un jour de célébration, la célébration d'un homme et d'une oeuvre, tous deux pareillement uniques dans notre Histoire. Si certains tournent naturellement leurs regards vers le 2 décembre comme jour de célébration du Second Empire, nous pensons qu'il s'agit là d'une méprise et que le 9 janvier se prête mieux à ce dessein.

Au-delà des grandes dates symboliques que sont le 2 décembre et le 9 janvier, il m'apparaît même que la date la plus propice pour fêter la mémoire de Napoléon III demeure le 8 mai, jour anniversaire du plébiscite de 1870 qui vit Sa Majesté rassembler autour de lui 82% de son peuple.

Cette question des dates commémoratives n'est pas anecdotique mais centrale dans l'entreprise qui est la nôtre de défendre et valoriser la mémoire du grand Napoléon III.

Mais c'est évidemment aussi à travers la famille impériale actuelle, avec eux et à leur côté, que nous pouvons au mieux célébrer la mémoire du dernier souverain impérial de notre Histoire, et ce plus particulièrement en nous rassemblant autour de son héritier dynastique, historique et spirituel, notre Prince.

Je vous rappelle que comme chaque année une messe aura lieu à l'église Saint-Augustin de Paris en mémoire de l'empereur Napoléon III, ce 9 janvier 2015 à 18h30.

En guise d'hommage, conservons dans nos coeurs ces quelques mots d'un des français les plus unanimement célébrés de notre Histoire nationale, Louis Pasteur : "l'Empereur peut attendre avec confiance le jugement de la postérité : son règne restera comme l'un des plus glorieux de notre histoire."

Vive l'Empereur.
Vive le Prince.
Vive la France.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire